Archives du mot-clé pénible

Alors, savoir ce qu'on veut, c'est être désagréable & égoïste ?

fuckÇa fait plusieurs jours qu’entre ma collègue et moi c’est, disons, légèrement tendu.
Pour resituer, elle bosse dans la 2ème société de ma boss, une société de cuisine. Aussi, quand j’ai parlé de cuisine, assez naturellement, commander en passant par ce biais est apparu une évidence (prix coûtant pour du sur-mesure, haute qualité).
Bref.
Il se trouve que c’est ma collègue qui a géré.
Me voilà, sur demande, à venir avec mes plans de maison, pour choisir mes meubles etc.
Et c’est là que le drame arrive.
Je choisis une cuisine blanche avec un plan de travail foncé (façon bois exotique). Car… j’aime. Tout simplement. Mais au-delà de ça, le coté blanc donne un coté lumineux et le coté « bois exotique » rappelle l’ensemble des meubles que j’ai chez moi (Amérique du sud).
Problème, ma collègue n’aime pas.
Commence alors un looooooong dialogue de sourd où elle essai me convaincre de choisir autre chose : gris, ardoise, blanc, d’aller regarder au soleil le rendu blablabla Bref. Elle finit par me proposer un truc couleur pin. Le truc de vieux (de mon point de vue), et je finis naturellement par… m’agacer (ça a duré 4 jours!). Je lui fais donc comprendre un peu « brutalement » que NON, MON choix est fait, qu’elle peut dire ce qu’elle veut, je sais exactement ce que je veux. Qu’à l’évidence nous avons presque 30ans d’écart, qu’elle n’a jamais les pieds chez moi, ne connais ni ma disposition, ni mes meubles, ni mes goûts donc… FUCK.
Alléluia, je finis par avoir gain de cause (un comble!).
Malheureusement, ça aurait pu s’arrêter là, mais ce ne fût pas le cas. Pour absolument TOUS les éléments de ma cuisine, j’ai eu le droit à des « pourquoi », « mais ça ça serait mieux », du style : le lave-vaisselle.
Je n’en veux pas. Je n’en ai jamais utilisé, je n’en ai pas l’utilité, et puis j’ai une petite bicoque sympa, mais je n’ai pas la place pour 25000 choses. Le lave-vaisselle, pour quoi faire ? Je vis seule, au mieux à 2, on a toujours fait sans et miracle : personne n’est mort. Je ne suis pas handicapée non plus. Donc en théorie, je peux me démerder pour laver une assiette à la main.
Scandale « oui mais c’est plus pratique, c’est mieux, c’est si »
Je t’explique : tu as un mari, 2 mioches, une belledoch et un énorme problème au bras ; je peux comprendre qu’un lave-vaisselle soit utile. Mais pour moi, ça n’est pas le cas. « Et quand tu auras des potes à la maison ? » Bah je ferai comme tout le monde… de la vaisselle en plastique !
« Ohhhh mais ça ne se fait pas de recevoir les gens comme ça »
Et putain je t’emmerdeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
Le top c’est le « mais quand tu auras des gosses, comment tu feras ? » Euh…
J’ai des enfants là ?
Non
Je suis enceinte ?
Non
J’ai parlé d’avoir des enfants prochainement ?
Non
Est-ce que tu sais si je vais rester avec elle ?
Non
Est-ce que tu sais si elle va emménager chez moi ou moi chez elle ?
Non
Est-ce que tu sais si dans 6 mois, 1an, 5ans, 10ans, j’aurais vendu ma maison ?
Non.
Tu imagines si tu dois aménager ta maison en fonction de ton futur à long terme?
Donc potentiellement:
– Je vais avoir des enfants; peut-être un. Peut-être 10.
– Je vais changer de taf,
– J’aurai plus de chien, peut-être plus qu’un ou peut-être 3,
– Je serai aussi à un moment vieille et probablement handicapée. Peut-être même handicapée rapidement.
– Etc.
Alors autant mettre de suite des rampes de sécurité, rabaisser les meubles, mettre des niches, acheter un berceau, mettre un ascenseur…
« Oh bah non quand même ».
Ah bah voilà. Donc pas de lave-vaisselle.
On n’est pas de la même génération, on a tous toujours fonctionné comme ça. Je vais pas me pourrir la vie à faire 3 tonnes de vaisselles pour aller bouffer 2 grillades dans le jardin MERDEEEE
Je finis après plusieurs heures à avoir gain de cause (pour MA cuisine! Un comble BIS repetita). Et nous voilà repartie sur le congélo/frigo. RE-scandale parce que je choisis un congèlo « conséquent ».
Je vis à 1h de mon taf. Donc je pars à 7h du mat’, je suis de retour à 19h30. Faire des grands repas tous les jours non. Donc il est vrai que si ça m’arrive, je congèle, question pratique, rapide et parce qu’après 8h de taf, et 120 bornes, non je n’ai pas envie de me faire des « petits plats ».
« Oui mais quand même c’est bien de se faire à manger blabla »
Et MERDE. Tu as un mari et 2 gosses qui peuvent le faire quand tu n’as pas la foi, et surtout tu habites à 1km de ton taf!! C’est à dire qu’en moins de 3min tu es chez toi, que tu te tapes pas la route, les bouchons, les feux etc. Donc oui, tu peux prendre le temps de faire à manger, de rentrer chez toi le midi refaire à manger, éventuellement préparer le soir. Et NON je n’ai pas la foi le soir, c’est comme ça. Et puis j’ai toujours eu horreur de faire la cuisine, alors avec la route en prime laisse tomber. Et puis c’est MON mode de vie BORDEL DE CUL A CHIOTTES
w5bw7gf3Je vous passe la négociation pour les tiroirs qu’elle voulait ABSOLUMENT me mettre car tu comprends, c’est plus pratique blabla ; pas de bol, je veux des placards et c’est comme ça basta.
Je passe sur la taille de mon égouttoir, pas assez grand pour elle ; sauf que quand je fais la vaisselle j’essuie de suite et range de suite, et ça fait, ouh la.. 17 ans que c’est comme ça.
Scandale sur la machine à linge dans la cuisine… car ce n’est pas sa place. Mais ayant une salle de bain de 110cm de large… euh, voilà quoi. J’ai donc eu le droit à un laïus « pourquoi ne pas le mettre dans la cabane au fond du jardin ». OK. Et tu me payes le plombier pour les raccords ? Parce que bon, j’ai des goûts, des envies, et j’ai aussi un budget à respecter quand même…
Je vous passe l’épisode de l’ilot « et pourquoi pas là » « et là ? » Et MERDE si je l’ai mis là, à cette taille là c’est parce que JE SAIS comment est foutu ma baraque ! Et si je veux pouvoir ouvrir la fenêtre ET la porte je n’ai pas 20000 solutions.
Je vous passe sur la tentative de négociation pour m’ajouter un épicier (et donc perdre 30cm), mais tu comprends « 30cm » c’est rien. Mais putain, 30cm quand tu as une petite baraque c’est ÉNORME. J’ai fini par lui dire : la cuisine c’est comme ça, comme je veux, ou sinon j’annule tout et je commande ailleurs. C’est bon à la fin quoi… Deux mois juste pour réussir à avoir ce que je voulais au départ. Tout justifier, argumenter alors qu’elle n’a jamais vu ma maison, qu’elle ne sait strictement rien, ni de mes habitudes de vie, ni ma maison, ni mon budget, ni rien. Merde à la fin.

Et puis le finish, la livraison. Précisé au dernier moment que c’était un SEMI-REMORQUE qui viendrait. Euh, dans mon village de 500 âmes ?! Il m’a fallu voir avec la Mairie parce que les camions sont interdits de passage normalement. Mais pour un déménagement je me dis qu’il doit y avoir des dérogations possibles. Bref ; ma collègue est venue 25 fois, à me suivre à la cafetière, à la pause clope et tout, pour me dire « alors ? sinon « j’ai telle solution ».
Mais PUTAIN DE MERDE en quelle langue je dois le dire ?!! Je vais pas opter pour une solution si il n’y a pas encore de problème ! (je comprends mieux pourquoi elle est blindée d’ulcères!)
Oui parce qu’en plus d’être envahissante, c’est quelqu’un qui insiste.
Tout le temps.
Pour tout. Et pas une ou 2 fois, non.
8, 9, 10 fois.
Et ça on est unanime au taf. On lui a TOUS dit (et on est 5!), même les clients lui disent. C’est juste INSUPPORTABLE de s’entendre dire les choses 20 fois, mais en plus de devoir justifier le « pourquoi du comment j’ai pris cette décision » pour qu’elle daigne arrêter d’insister.
Au final, après 3 jours OFF (quel bonheur!) j’arrive ce matin, à la bourre de 40 minutes. A peine 3 secondes après être arrivée (encore le sac à l’épaule) : « alors la mairie, va falloir me dire, mais tu sais c’est pour toi blabla, sinon on peut faire ça, ou ça »
Et là, gros craquage de ma part, j’avoue j’ai été limite limite, mais franchement, j’en peux plus.

Ok c’est pour moi mais tu veux que je la chie la réponse ?! Tu veux que je harcèle ma mairie matin-midi-soir ?! (j’ai des horaires décalées avec la Mairie d’où la grosse difficulté à les joindre). Finalement, quelques heures plus tard, j’ai la réponse, c’est OK, et là ma collègue de m’annoncer qu’en fait, ma boss a décidé la semaine dernière que la livraison se ferait autrement, et que de toute façon un semi avec 2 remorques ça le ferait pas.
C’est une mauvaise blague là ?

Elle me l’a pas dit avant parce qu’elle osait pas car je lui ai dit que j’annulerai la commande. Mais WTF ?
Bref. Au final, je me suis du coup… encore énervée, de fait, il parait que je suis désagréable, srutout dès qu’on parle de la cuisine (ah bon ?!! Et tu te demandes pas pourquoi ?!)… Bah putain, heureusement que j’ai pas dit le fond de ma pensée et que j’ai fait preuve de patience. Elle aurait vraiment vu ce que c’était d’être DESAGREABLE.

EnregistrerEt pour la blague, je vis la même chose avec la fille avec qui je suis. Autant en « live » tout va bien. Autant par message (on vit à 1h), c’est pas la même du tout. D’où mon billet…

J’ai reçu un SMS peu avant d’écrire ici, me disant « vu que tu t’es levée à la bourre, ce soir, au lit, un film et basta ». Euh… Non.
« Pourquoi non ».
Parce que c’est comme ça. Tu n’as pas à me dire quoi faire. Basta. Je n’ai pas à me justifier ou « obéïr » parce que tu as décrété que c’était mieux pour moi de regarder un film ; donc ce soir, je fais du tri ». (je précise que cet événement n’est pas un événement isolé… Ma réaction est liée au fait que tous les jours, j’ai le droit à ce genre de message « fais-çi, fais-ça, achète-ça, fais comme ça », toujours à me demander ce que je fais toutes les heures, à me demander ce que j’ai acheté quand j’ai fait mes courses ; ça cumulé à ma collègue ou à mon père, qui depuis qu’il est à la retraite n’arrive pas à concevoir que j’ai des horaires de boulot et que donc 1. je ne suis pas joignable H24. 2. Je ne peux pas tout faire en même temps)
Réponse « ah bah si tu te sens d’attaque, d’accord alors« . Mais d’accord de quoi ? J’ai besoin de son accord en plus ?!!
J’ai pas épilogué. J’ai même pas répondu. Ça m’a gavé.

Non mais les gens, arrêtez quoi. Arrêtez de dire aux autres, faut faire, faire ça, faut faire comme ça. PERSONNE n’a la science infuse. PERSONNE n’a la vérité absolue. Et je suis mieux placée que quiconque pour savoir ce que je veux pour moi (du coup, je suis taxée d’égoïste… hum »). J’ai plus de 30ans, je sais prendre des décisions, faire des choix, mes erreurs m’appartiennent et si j’en fais je les assume. Je suis pas contre quelques conseils, mais pitié, arrêtez de toujours vouloir vous mêler de tout et prendre les décisions à la place des autres.

Mouais. Après réflexion, peut-être que je deviens conne et aigrie
Bref. Demain est un autre jour hein !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La merde est pas là où l'on croit…

criseEst-ce une mauvaise impression, un ressenti passager ou est-ce vraiment la fin des haricots ?
Presque 3 mois que j’ai repris le taf, et un étrange sentiment que cette crise que l’on vit en France commence à réellement avoir des répercutions sur les Français.

Des râleurs, de connards, des impolis, j’en ai eu en 3 ans de saison. Mais cette année c’est greffé -semble t-il- une autre catégorie de clients : les exigeants-chipoteurs.

En ce lundi de Pâques, j’ai eu des remarques/réflexions que je n’avais jamais entendu auparavant, qui me font flipper pour la suie de la saison et me laissent à penser qu’on est pas sortie de l’auberge!
Déjà, je constate que j’ai beaucoup beaucoup plus de clients qui tentent de négocier les prix : « si j’en achète 2, vous me faites le 3ème gratuit ? »… Celle-là, je la connaissais, mais j’avoue être surprise de sa récurrence en ce moment !
Aujourd’hui, j’ai aussi eu le droit à -en vrac- :
– Si j’achète une paire de boucles d’oreille (je les vends 1euro et exclusivement par paire), vous m’offrez une paire de fermoirs en plus ? »
– Est-ce que je peux en prendre qu’une, comme ça ça me coûte « que » 50 cents ?
– Entendu, une mère à sa fille : « tu choisis, ou tu prends une glace, ou une paire de boucles d’oreilles »
– Je vends des paquets de 3 éponges à maquillage à 2 euros. Tout à l’heure on m’a demandé si je pouvais diviser le prix pour les vendre à l’unité car c’est moins cher…
– Est-ce que je peux vous prendre le couple ongle 2 minutes, je reste devant et je vous le ramène quand j’ai fini… Bah voyons. Je fais de la location gratuite maintenant. Pourvu que tu sois farci de mycoses et j’ai tout gagné. Mieux, quand je lui expliqué le pourquoi de comment, il avait l’air surpris et sa seule réponse a été « j’ai pas de mycose ». Mais je m’en branle. T’as pas de certificat médical, et les coupes ongles sont pas en libres service. Les gens sont incroyablement sans gêne.
Je constate aussi que la majorité des clients me payent en centimes… Chose qui arrivait avant que à la fin du mois. Maintenant c’est en permanence. Du coup, je me retrouve avec des fonds de caisse de 200 euros qu’en pièces…
Beaucoup essayent de gruger comme ça d’ailleurs… laisser 1,80euros au lieu de 2 (2 fois aujourd’hui)… des francs à la place des euros (4 fois aujourd’hui !!)…
Qu’on ait pas d’argent c’est une chose… qu’on essaie de niquer les autres, ça en est une autre. Je ne dis rien car, malgré tout, ça peut être une coïncidence : 2 clientes qui n’ont vraiment pas fait exprès. Mais bon. J’ai comme un doute.

Au-delà de ça, les gens sont mornes, tristes, grinçants… ils ne daignent plus décrocher un sourire. Quand je dis bonjour, j’ai l’impression qu’ils se sentent agressés « non c’est bon, je n’ai pas besoin d’aide ». Allô, je t’ai juste dit bonjour…
J’ai du avoir une 10aine de réponse à mon bonjour aujourd’hui… J’ai eu 2 mercis et bonne journée…
Une horreur.
Alors que ce soit la crise, je le concède. Je la vis aussi… Mais que la politesse passe à la trappe, non. Au contraire. Un sourire, un bonjour, un merci, c’est gratuit et ça fait plaisir à tout le monde.
Le respect c’est pareil.
Ma clientèle change et devient plus qu’exigeante pour des minis détails…
Combien de millilitre dans le vernis à 1euro, combien de gramme dans la palette de fards à paupières à 2euros, combien de fois peut-on enlever le vernis avec cette bouteille de dissolvant… et j’en passe.
J’ai le droit à des questions hallucinantes : sur 2 palettes de fard au même prix : pourquoi elles sont au même prix alors que là il y a 2 couleurs et là 3 ?
Combien de fois par jour j’entends : « putain 2 euros le vernis c’est cher »… »putain, le mascara à 3euros,c’est abusé alors que les autres sont à 2 euros !

Les gens n’ont plus de respect… et les prix bas sont forcément synonyme d’arnaques maintenant ; ils deviennent méfiants. Je comprends qu’on fasse attention, qu’on s’intéresse à l’origine, aux composants (c’est tendance) mais faire chier pour des détails complètement inutiles…
Une cliente à ma caisse -donc face à moi- qui répond à sa fille -en train de regarder les pinceaux à 2euros- « non mais laisse tomber, à 2 euros c’est de la merde ».
Oh oh, tu as vu que moi -la vendeuse- je suis là, devant toi et que j’entends ?
C’était la fois de trop… « la merde est pas là où l’on croit ».
Après coup j’ai repensé à ma phrase qui peut, je le conçois être très mal interprétée. Elle a du la prendre pour elle alors que je pensais qu’elle faisait chier pour un pinceau à 2euros alors que c’est typiquement le genre de nana à payer un vernis chinois 15 euros, fabriqué par des gosses, testés sur des animaux qui ne durera pas plus que mes vernis à 1euro, mais qui fermera sa gueule parce que -tu comprends- c’est de la « marque ». Ce même type de nana qui te casse les couilles pour la contenance d’un vernis à 1euro alors qu’elle a un Versace à l’épaule…

Je ne vends aucun produit chinois… que des produits espagnols. C’est écrit noir sur blanc dessus.
Tout comme ils sont tous hypo-llergéniques (mon patron veille bien à ça à l’achat). C’est écrit noir sur blanc dessus.
Tout comme aucun n’est testé sur des animaux (sinon j’y bosserai pas!).
Bah non. Vu qu’ils sont vendus à 1, 2 euros… je mens forcément pour mieux les arnaquer. Est-ce que j’ai le visage saccagé ? Non… Tu vois bien quand même … « non ». Pourtant j’utilise que des produits de mon magasin ; réponse « oui, je suis sûre que vous allez à Yves Rocher, Sephora acheter votre maquillage ». Euh, pourquoi j’irai payer le prix fort alors que mon patron me les offre ? Franchement ?!Crise (1)

J’en ai aussi eu une qui disait à sa fille que donc les produits étaient pourris et probablement largement périmés. Forcément, quand tu entends ça, tu es obligée d’intervenir. Je lui explique que les cosmétiques, c’est comme l’alimentaire : il y a des dates et on les respecte. Ce n’est pas parce que ça n’est pas cher qu’on se sent obligé d’arnaquer les gens. Bref. Cette dame m’achète un fond de teint. Clairement, la couleur est foncée bien qu’elle soit blanche-blanche. Je ne dis rien… après tout, elle fait ce qu’elle veut, n’a pas utilisé le testeur et elle peut très bien l’acheter pour quelqu’un : sa sœur, sa fille. Je lui dis « vous êtes sûr, c’est tout bon ? ».
Oui, elle règle et s’en va.
3h après je la revois débouler… la couleur ne lui va pas, elle veut changer. Non. Elle exige que je lui change est le mot le plus adapté parce que vous comprennez « je peux rien en faire de cette couleur là ». Les testeurs sont faits pour les chiens, j’oubliais.
Voilà typiquement ma clientèle actuelle… Elle crie au scandale que, à ce prix mes produits sont forcément périmés, mais à côté de ça, il faudrait changer son produit parce qu’elle s’est plantée donc finalement, question hygiène elle en a rien a secouer.
Forcément je refuse… C’est un produit que je ne peux pas remettre en rayon : question d’hygiène, donc qui partirait à la poubelle.. donc une perte pour moi. Madame n’était pas contente, je lui ai vite fait redescendre de son ton condescendant… et bien sûr, c’est moi la connasse.
Bah ouais ma brave dame… J’ai 9 pancartes « ni repris ni échangé » et c’est même écrit sur le ticket de caisse. Bref.

Tiens, j’ai vendu un rouge à lèvre aussi. Pas de bol, le mécanisme pour remonter le bâton était HS. Après vérification, c’est la boîte entière qui a ce défaut… Je ne suis pas dedans, je retire le paquet des rayons [normal] mais la cliente ne peut pas s’empêcher de me sortir avec dédain « à 2euros on ne peut pas s’attendre à des miracles », je suis obligée de répondre…
Bah ouais, faut pas énerver Mazelle… « Combien de fois les grandes marques ont fait des rappels produits ? Findus, Blédina, Ford… »
Un défaut d’usine est un défaut d’usine et ce indépendamment du prix d’achat/vente. Bref.

Encore entendu tout à l’heure : une petite fille voulait rentrer dans le magasin pour regarder ; et la mère de lui répondre « non laisse tomber c’est que de la merde à ce prix là »…

Combien de fois j’entends c’est moche… combien de fois je leur réponds « non ça n’est pas à votre goût »… C’est qu’on me disait quand j’étais gosse d’ailleurs !

Qu’on aime ou pas, qu’on ait son avis ou pas, à vrai dire, je m’en fous… Chacun est libre d’avoir son opinion, son jugement. Mais putain, ce manque de respect me choque encore.
Bref, la crise excuse certaines choses, mais pas tout. Je trouve qu’en ces temps difficiles, elle a vraiment bon dos cette putain de crise !

Nous sommes des éternels insatisfaits…

Levée à 9h max, douchée et habillée ensuite, promenade des chiens, ménage et préparation du repas. Voilà mes journées en ce moment, et je l’avoue je commence à saturer. Autant le 1er mois de vacances (octobre) fût sympathique : nous étions toutes les 2 en congés et avons eu 1 mois pour « rattraper » notre été d’associables (saison oblige). S’en est suivi décembre, avec les préparatifs de fêtes… Elle travaillait, mais les réjouissances m’ont bien occupées : faire des p’tits gâteaux, trouver des idées cadeaux, faire les décos (fouiner sur le web etc). Ça s’est super bien goupillé car j’avais largement le temps, donc j’alternais entre glandouille et préparation… sans stress. Le top.

Cela dit, tout ça c’est fini… et c’est le gros revers de la médaille. Je reprends le boulot dans 47 jours… 45 LONGUES journées. Oui, je trouve le temps long ; je tourne en rond comme un chien en cage. Ma maison étant toujours inhabitable… mes affaires toujours en cartons, je vis toujours chez ma compagne et forcément, malgré tous ses efforts, ça n’est pas mon chez moi.

Pas de photos sous la main à trier, pas mon bordel à ranger, pas mes bouquins à disposition, pas même mon matériel de dessin. Rien : je ne suis pas chez moi. Ah oui j’ai la TV… mais moi qui ait vécu des années entières sans, j’avoue ne pas y trouver un énorme intérêt. Surtout pendant les vacances scolaires : les histoires de père Noël, gnomes et autres lutins, j’en ai fait le tour.
J’ai bien acheté des bouquins. En une journée, c’est lu… et je n’ai pas un budget à rallonge non plus.
Alors oui, je lis les blogs et bien que j’adore ça, ne faire que ça toute la journée… c’est pas le top non plus. J’ai fait le tour d’Internet 150 000 fois. Je ne sais même plus quoi chercher pour faire passer le temps…  J’suis tombée sur des youtube hallucinants et complètement inutiles, des photos qui m’ont fait rire comme un âne (la 1ère photo de cet article). Je me suis gaussée toute seule comme une bienheureuse. Ça a duré 3 minutes et demi… et plus rien. Du coup, je me suis même mise à jouer aux sims sur Facebook … ouais, moi l’anti-jeu, celle qui a un facebook on-se-demande-pourquoi.
J’ai aussi fait des plans du futur aménagement prévu dans la maison c’est dire !… mais ça reste un « rêve » tant que les subventions ne sont pas traitées… donc forcément ça fout un coup au moral, et tu ronchonnes dans ton coin car au final ça n’a servi à rien si ce n’est t’occuper quelques minutes.
Ah si, j’ai toujours voulu écrire mon histoire… j’ai bien 120 pages déjà écrites, mais comme je n’ai rien de passionnant dans ma vie en ce moment, je suis confrontée à la fameuse « page blanche » ; et puis de toute façon, quand je suis inspirée, j’écris de la merde (et merde alors!)
J’ai bien fait du shopping, mais c’est pareil : n’ayant pas un budget à rallonge, tu te fais plus de mal qu’autre chose.
Aller voir des potes : impossible, car eux… bah ils bossent. J’pourrai dormir plus longtemps, mais je suis déjà insomniaque alors je tiens à garder un rythme « humain »…
Tiens, j’pensais même me remettre au sport, mais bon. La motivation, là, tout de suite, maintenant, je ne l’ai pas trop… (pi faut que j’aille me racheter une tenue) et comme je m’ennuie comme un rat mort, j’ai peur de tomber dans l’excès de sport (riez pas, ça m’est déjà arrivé). Alors en attendant, je ressasse, je me remets en question, repense au passé. L’horreur quoi (surtout quand on sait qu’il reste 47 longuuuuuuuues journées).

Bref. Je tourne en rond. Je deviens cinglée j’vous jure. L’inactivité n’est vraiment, vraiment pas faite pour moi et je me demande ce que les gens dans mon cas font de leur journée? Pire, à la retraite : que font-ils de leurs journées?

En même temps, j’ai toujours été comme ça. Les grandes vacances d’été quand j’étais plus jeune, c’était pareil… Juillet c’était génial… Août c’était l’horreur… 6 septembre je sautais partout à l’idée de reprendre l’école… et le 7 je regrettais déjà. Quand je me suis retrouvée au vrai chômage (par opposition à mon chômage actuel lié au fait que le magasin soit fermé en hiver), j’ai même accepté des boulots que jamais de ma vie j’aurai pensé : vente en porte à porte. Certes, j’ai déchanté au bout d’un mois… mais ça m’a occupé. Ensuite, j’ai accepté un poste qui ne m’intéressait pas et ne correspondait pas du tout à mes envies… (le poulailler) ; mais voilà… c’était ça ou rester à moisir chez moi.

….

Il me reste 45 jours à faire toujours la même chose : me lever, me doucher, m’habiller, promener mes chiens, faire mon ménage, préparer les repas… et c’est en train de me rendre folle. Je n’ai même pu l’inspiration pour venir ici et écrire. Pi d’abord pour écrire quoi ? que je me suis Levée, douchée, habillée, promené les chiens, fait ménage, préparé les repas… Mouarf. Passionnant.

Ce qui est paradoxal, c’est que tout le monde t’envie… mais toi, comme tu fais rien, bah… t’as rien envie de faire non plus. Et cet été, quand je n’aurai plus une seconde à moi, j’aurai 15 000 idées d’activité en tête… et je languirai ce moment où je ne ferai rien ; je désespérerai d’avoir le temps de rien faire, d’être en retard sur mes papiers car… pas le temps ; ne pas voir mes potes car… pas le temps ; ne pas pouvoir venir ici car… pas le temps.

Mon Dieu, les Humains sont des éternels insatisfaits…

NB : à la fin de la saison l’année prochaine, je cherche un boulot à mi-temps !!

Est-ce moi qui déconne ? [besoin d'avis…]

Il y a quelques temps, je vous annonçais que j’avais trouvé un 2ème petit job en communication (ICI), en attendant que ma saison estivale reprenne.C’était le 25 octobre dernier que monsieur X me demandait de bosser pour lui. Une semaine après nous prenions RDV…

Au programme : refaire la carte des vins, du menu, préparer un visuel pour le jour de l’an, faire une brochure et une newsletter. Je fais le choix de tout faire sur Word car via Photoshop après, il est coincé et ne saura pas faire d’éventuelles modification de prix ou autre sans passer par moi. Bref.
Nous nous sommes vus à plusieurs reprises pour la mise en ligne de leur nouveau site web…. Réaliser par un pro. Suite à la mise en ligne, mi-novembre, on m’a demandé de le mettre à jour. J’ai dit OK : quand la carte des vins et menus seront validés … Histoire que je ne mette pas de la merde dessus et que je parte sur des bonnes bases.

J’ai donc fait mon taf, sauf la brochure car je n’ai aucun élément texte, ni photo. Le 26 novembre, je leur envoie : les 2 cartes, la newsletter, le visu pour le jour de l’an.
Pas de réponse.
J’envoie un autre mail + un SMS pour leur confirmer l’envoi du précédent mail (vive la technologie !).
Pas de réponse…

Ça commence à me gonfler.

Le 10 décembre : SMS. Il me demande quand on se voit car il lui faut les cartes et il y a des modif à faire rapidement… Je crois à une blague. Ca fait plus de 10 jours qu’il l’a… et je n’ai jamais eu aucune réponse.
On fixe un 1er RDV : annulé (par eux). Puis un 2ème… encore annulé par eux. Le 3ème est maintenu. Un dimanche – le 16 décembre ! Ça dure 3h… il me redemande pour le site, je lui répète : tant que rien n’est validé, je ne ferai rien… D’ailleurs le gars du site a toujours pas changé les photos…. mais personne ne semble s’en inquiéter. Je prends malgré tout les notes de leurs modif’… qui me semblent injustifiées : mettre des majuscules à chaque mot… du type : « Magret de Canard Confit à l’Orange »… moi, ça me dépasse ; ce n’est pas français, c’est laid, et ça sert à rien. En termes de communication c’est une pure aberration. Mais il ne veut rien savoir.
En tous les cas, je lui annonce que je pars à Toulouse le 17 (donc le lendemain du RDV), chez mon grand père… et que ça sera pas pour tout de suite. Ma famille est prioritaire ; et encore plus en ces périodes.
Je pars, passe quelques jours, puis rentre.
Là, les préparatifs de Noël sont de mise : ma compagne bosse, donc je suis obligée de faire le plus gros. 23 décembre : SMS « j’ai besoin des cartes pour faire les commandes ».

Ça me gonfle vraiment énormément là…

Comment en tant que patron t’as pas pensé à avoir une copie ou avoir un autre document avec les vins pour faire tes commandes ? Bref, ça me dépasse.
Je l’envoie en lui disant que je n’ai pas fait les modif’, ce à quoi il me dit que ça n’est pas grave… Quand au mail, il ne le reçoit pas. Ah si… mais comme il est sur son téléphone il ne peut pas ouvrir (PDF) : qu’est-ce que sincèrement je peux y faire ?! Achète toi un Ipad, un PC, fais quelque chose…

Le 24 donc à nouveau un SMS… Je commence à perdre vraiment patience (et ressentir ce que je ressentais au poulailler)… Je suis malade, je vais au toubib, fais ma réaction allergique, manque les urgences de peu mais je dois quand même me taper tout le buffet de Noël et tout ce qui va avec… en parallèle, je reçois des SMS de plus en plus pressants.
Il finit par avoir son document en me demandant de lui envoyer la carte sur le mail d’un pote … pour que lui puisse l’ouvrir (il ne pouvait pas le faire lui-même avant… genre « transfère » ?!).
Breeeeeeeeeeeeeeef.

Le 25 au soir, rebelote… SMS « quand est-ce qu’on a les cartes finies ? »

Me voilà donc obligée de me lever ce matin pour les finir en speed. Je lui envoie le final + le Word pour qu’il puisse faire les éventuelles retouches lui-même (car il change les prix en permanence !)… Il n’a pas Word (mais qui n’a pas Word de nos jours sérieusement ?! Et surtout pourquoi ne pas me l’avoir dit dès le début quand je lui ai dit que je travaillerai sur Word pour que justement il ne soit pas dépendant de moi ?). Il me laisse un message répondeur… limite limite sur le ton et la façon de s’adresser à moi.

OK mec. Tu as perdu, j’en ai ma claque là. J’envoie le SMS… en lui disant que je ne travaille pas dans l’urgence, que ça ne m’intéresse pas et que ça fait chier tout le monde ; c’est notamment la raison pour laquelle tout était fait depuis le 26 novembre et que les modifications auraient du se faire à ce moment. Je lui ai rappelé ne pas être en contrat avec lui, être en vacances de Noël et donc en période de fête… et comme il se trouve que j’ai une « vie » (ne lui en déplaise), je ne pouvais pas être à sa disposition comme ça lui chantait.
J’ai alors reçu un SMS me disant qu’il allait se débrouiller. Puis un autre me disant qu’il n’y arrivait pas… puis un autre « quand est-ce que tu es dispo ? Le 2, on peut se voir ?».
J’ai sincèrement envie de tout arrêter… et en même temps je sais que ça le met dans la m**** puisqu’il a annoncé la nouvelle carte pour le 26 ! Je ne sais pas trop comment je vais me dépatouiller de tout ça, car sincèrement je n’ai plus envie de faire sa carte ; je n’ai pas envie d’y aller pour que ça dure 3 plombes pour rien se dire au final…. déjà parce qu’il faut que je me déplace, que mon PC portable est out ne fonctionne plus que sur secteur, que je n’ai pas les docs dans son PC, ni l’habitude de son PC, parce que je suis malade et crache mes poumons. Je lui ai donc demandé de m’envoyer un mail avec les modif’ à faire….
Réponse, « trop de modifications à faire » (et oui, comme je ne comprends pas son concept de majuscules, je ne les ai pas mis à chaque fois où lui les veut).

Je vais péter un boulon.
Je conçois qu’un restaurateur manque de temps… je conçois qu’être patron ça n’est pas simple et que t’es toujours dans le feu de l’action… mais merde, l’organisation ça s’apprend et c’est obligatoire quand t’as une entreprise : comment tu veux t’en sortir sinon ?!

Est-ce moi qui délire pour rien ?
Qu’en pensez-vous ? Ai-je eu tord de réagir comme ça ? Est-ce moi qui déconne ?