Archives du mot-clé travaux

Après la tempête (re)vient … le calme !

IIJv4tPD3 mois plus tard…

Petite aparté [Au départ, j’ai déserté par manque de temps. Une rupture, des travaux qui n’en finissent plus.. Obligée de squatter une 15aine de jour chez des ami(e)s à droite, à gauche. Clairement, j’avais le cerveau en vrac, les idées à l’envers et pas du tout la tête à venir par ici. Quelques jours plus tard, le « calme » est revenu. J’entends par là, ma maison pouvait enfin m’accueillir, Internet était installée. Ô joie et bonheur.

Que nenni. En faisant des recherches sur mon nom/prénom (ce que je fais régulièrement vu que je cherche à changer de boulot), je me retrouve avec mon ami Google qui associe MOI et mon blog censé être… anonyme. Coup de sang, vent de panique… Impossible de détruire le blog (ah l’attachement sentimental!) ; je n’ai donc rien trouvé de mieux que de le mettre en stand-by (« maintenance provisoire »). J’ai peiné à avoir gain de cause pour effacer mon nom, le lien entre mon nom et mon nom de domaine… et attendre que le tout soit pris en compte par les petits robots de Google. C’est enfin réglé. OUF. L’envie de revenir ici me démangeait depuis quelques jours…

D’ailleurs, je suis bien embêtée car en 3 « petits » mois, il s’est passé… TELLEMENT de choses dans ma petite vie que je ne sais plus par où commencer… Qui a dit que les blogueurs avaient que des problème de « page blanche » ?

Bref.

Raccrochons le wagon en route.]

Dans mon dernier billet (6ème sens) j’expliquais être sure de l’infidélité de ma compagne et ce qu’elle m’avait fait vivre à Noël notamment faire dormir sa pute dans note lit, sisi (Noël). Mais devant son aplomb infaillible, j’étais prise de doutes affreux : est-ce qu’elle avait vraiment pu faire « ça » ? J’ai donc craqué et fait l’impensable : l’enregistrer à son insu. Oui, oui, vous avez bien lu : je l’ai enregistré. Je cherchais depuis quelques temps une solution pour confirmer ou infirmer mes doutes, et puis c’est finalement en tombant sur un vieux téléphone à moi que j’ai eu la « révélation »… Bref, me voilà à comploter, stresser, angoisser. Ce n’est pas dans mes habitudes, et j’ai l’impression d’être tombée bien bas pour en arriver là. Je culpabilise, j’ai peur de me faire choper. Oui mais… peut-être que mes doutes seront levés… ?

Moi qui pensais juste recueillir la preuve. Aïe. Le choc.

La chute.

Non seulement j’ai eu la preuve concrète à coup de « j’ai envie de toi », « tu me manques », mais en prime j’ai eu le droit à d’autres joyeusetés… « T’inquiète, Mazelle ne calcule rien », « Je lui dirai pas mes heures de boulot comme ça toi tu pourras venir », « Oh c’est bon, elle va palper un héritage, elle peut bien me prêter du fric, je dirais pas que c’est pour toi », « Toi tu n’as pas le choix, moi si… je vais la pousser à bout »…

Tu vois le topo ?

ChmV1j2XEAAqV1WLe summum, ça a été l’entendre se…. masturber en prononçant le prénom de sa pute. Grosse claque dans mes dents. Je pensais juste pouvoir lever un putain de doute, et je me retrouve avec « ça ». Tu imagines bien qu’avec tout ça… Impossible de continuer ?

C’est donc ce que j’ai fait. Je suis partie.
J’ai pris mes affaires et je suis partie.

J’avais déjà un peu anticipé les travaux car je sentais le vent tourner ; mais ça n’a pas été aussi rapide qu’annoncé. Me voilà donc à galérer une 10aine de jour, à squatter à droite, à gauche.  Dans tout ce chaos, mon « ex » m’a proposé de garder les chiens … Chose que j’ai accepté car pour le coup, squatter chez des ami(e)s avec 2 fauves, c’est pas simple. Sauf qu’au final, 2 jours après elle m’annonce qu’elle s’en va et qu’il faudra que je vienne m’en occuper. Bien sûr, après enquête, j’apprends qu’elle s’en va chez sa pute, je vous le donne dans le mil, et du coup, me voilà à passer une semaine… de malade. C’est pas compliqué : 2700km de voiture pour gérer le boulot, les travaux, les cartons, les chiens car bien sûr… tout est à l’opposé !

C’est dans ces moments là que tu te rends compte de ta capacité à endurer les choses. Psychologiquement ET physiquement. Mon ex a fini par revenir de son séjour chez sa pute en me reproposant, sans broncher : « je te garde les chiens autant que tu veux ».
Euh…
Vu la merde dans laquelle elle m’a foutue FUCK. J’ai récupéré mes fauves, j’ai viré mon facebook et je me suis barrée. Silence radio : foutez moi la paix ! J’ai passé les 2 premiers jours au milieu d’un chantier avec mes fauves. Un canapé d’appoint entre de seaux de peinture, et 3 sacs de plâtre. Bref. J’en suis pas morte, et avec le recul ça me fait même sourire…

J’vous rassure à l’heure où je vous écris, il me reste beaucoup de chose à faire, mais la maison est largement habitable. Je vous ferai un article spécial avant/après 🙂

12392045_1548224382136057_674250805561117651_n[1]Bref. Avec tout ça, ma collègue de boulot me tanne pour que je m’inscrive sur un site de rencontre, pour me changer les idées, rencontrer des nouvelles têtes. Après insistance (TRES FORTE insistance), je cède. Bol ou pas, je tombe sur une nana avec qui le feeling passe direct…. J’ai déjà été sur plusieurs sites il y a des années, et un truc pareil ne m’était jamais arrivé. Non seulement ça accroche, mais en plus, nous avons des points communs… surréalistes. Pas forcément les mieux, mais déstabilisant, comme le fait que sa mère, comme la mienne, se soit suicidée quand elle avait 17 ans (comme moi). C’est la 1ère fois que je rencontre quelqu’un ayant vécu « ça » et qui donc comprends parfaitement ce que cela induit. Et comble du comble. A un an d’intervalle pile… et à la même heure. Bref. Et ça n’est qu’un « point commun » parmi beaucoup d’autres!
Au final, assez perturbées par tout ça, on décide de se rencontrer.
Wouaw. Gros gros coup de cœur… Je suis déstabilisée : aussi vite ? Après si peu de temps ? Comme quoi, à 32 balais on peut encore être surpris.
Je décide de laisser faire les choses. C’est donc au 4ème RDV seulement que les choses se feront. Malheureusement, la réalité nous a vite rattrapée. Autant nous nous entendions à la perfection sur tout quand on était ensemble « physiquement », autant dès qu’on rentrait chez nous (200km), ça se transformait en véritable… cauchemar : engueulade sur engueulade, incompréhension, manque. Un sacré bordel ! L’issu n’est pas compliquée, avant que cela ne dégénère, au bout d’un mois et demi, on décide de tout arrêter.

ce32b3705ab608a32331654135408458[1]Étrangement et sans que je puisse encore l’expliquer, cette séparation m’a été 10 fois plus difficile à gérer que celle avec mon ex avec qui j’étais restée 5 ans et devait me marier en septembre.
Il y a des choses qui ne s’expliquent pas. Celle là en fait partie…

Aujourd’hui encore, je ne peux pas vous expliquer ma réaction assez disproportionnée à cette « mini » histoire. J’ai eu un coup de cœur, c’est indéniable, un gros attachement. Dire que j’étais amoureuse : non.
Par contre, oui, clairement cette histoire -aussi courte fût-elle- m’a littéralement achevée (contre-coup?). Le fait que mon ex me traque de SMS aussi n’est pas simple à gérer. J’ai pourtant été claire : je ne veux pas de nouvelles, je ne reviendrais pas en arrière… Mais non. J’ai régulièrement le droit à de longs romans de supplications, culpabilisation, regret, auxquels je ne réponds plus, car à chaque fois, elle partait encore plus en cacahuètes. Les « je t’en supplie », le « je regrette » et tout le reste.
Et c’est/était trop dur.
Et oui, car même si ma décision est irréversible, 5ans ça ne s’efface pas comme ça. Tout le monde me pousse à ne pas répondre pour ne pas rentrer dans son jeu, mais j’avoue que ça n’est pas dans mes habitudes de laisser quelqu’un comme ça, sans réponse. Et ça aussi c’est affreusement dur pour moi.

Parallèlement, j’ai eu pas mal d’ennuis avec la société qui a réalisé les travaux …. un chantier qui aurait dû durer 15 jours (début février) et dans lequel je suis encore. Des types de mauvaises fois, qui me font péter des plombs. Le commercial a décrété que je ferai l’isolation par l’extérieur chez lui (il n’en a jamais été question et d’ailleurs, je n’ai rien signé en ce sens!) et qui a donc jugé opportun d’installer son isolant dans mon jardin… J’ai mis 2 mois et demi pour qu’il me vire sa merde. Et j’ai dû le menacer de l’attaquer pour avoir gain de cause (là c’est au début… à la fin le plastique partait en lambeau, ça moisissait, j’étais envahie d’insectes, et ça puait… une horreur! Sans compter que mes chiennes escaladaient tout ça, et sautaient par-dessus la clôture du coup…)

20160312_181711[1]

Ils m’ont également pété tous les caches-prises de la maison, pourris tous les autres, en me disant « c’était comme ça avant ». Et non, l’électricité vient d’être refaite… tout était neuf ! Preuve à l’appui !

20160317_195020[1]

20160328_175609[1]

Quand il te pose une porte coulissante et estime que ça… C’est du travail fini (considérant qu’il était en plus impossible d’ouvrir la porte car cassée dans le guide au sol) :
20160414_185934[1]

20160414_191816[1]

20160414_212739[1]

Quand il sait que déjà tu vis au milieu du chantier et que tu retrouves la maison dans cet état :

20160317_195743[1]

Ou quand un jour après le boulot, un vendredi soir, après qu’il t’ait annoncé qu’ils revenaient le lundi « finir », tu découvres ça, et que tu es donc OBLIGÉE de partir chez ton père squatter à l’arrache, et donc te taper 250 bornes :
20160213_142006_(1)[1]

Je passe sur la 20aine de mails restés sans réponse… Les appels sans réponse également… Tous les lapins (7 en tout!) qu’ils m’ont posé alors que j’avais posé des RTT exprès, m’étais débrouillée pour faire garder mes chiens etc. Je passe sur le fait qu’il m’ait installé les chauffages sans devis signés… Qu’il m’a laissé le jardin dans cet état:

20160323_190012[1]

Que j’ai du moi-même nettoyé pour ne pas que mes chiennes se blessent… Ou quand il te fait les murs sans retirer les vieux chauffages et que tu « découvres » la chose APRES :

20160317_194812[1]
J’ai dû faire venir un expert pour constater les dégâts. Le type a beaucoup ri… Il m’a clairement dit que mon artisan jouait avec le feu et que sur toute la ligne il était perdant. Notamment sur la pose des chauffages sans devis, ce qui est un délit grave selon ses dires et condamnable. Bref. La procédure est assez longue, ça traîne, ça traîne, mais je suis sûre d’une chose : j’aurai gain de cause.

Voilà, j’en suis à peu près là ; à essayer d’avancer ce chantier, à avoir des moments d’angoisse quand je reçois un SMS. Et puis aussi, beaucoup de choses étranges se passent dans ma vie. Comme si mon « passé » revenait en force.

A titre d’exemple et pour n’en citer que quelques un…
Je pensais à ma grand-mère, tous ces mensonges que ma tante lui a raconté. Intérieurement je me dis qu’elle a dû croire que je l’avais abandonné. Et là BIM, dans les 2 secondes qui ont suivies je suis tombée sur une lettre d’elle au milieu d’un carton de vêtement (?) où elle me dit qu’elle m’aime…
Je repensais à une pote à moi à la fac… Non seulement, je tombe sur une carte postale qu’elle m’a écrit, mais en plus, le lendemain, elle me contactait sur Facebook ; elle venait juste de s’inscrire.
Hop, je retrouve le classeur des lettres de mon ex, celle avec qui je suis restée 7 ans… Hop, le soir même je reçois un mail d’elle après 5 ans de silence radio…
Et ça, des choses improbables, je peux vous en raconter des dizaines et des dizaines… Je suis à chaque fois sur le cul. C’est comme si j’étais en train de régler tout, étape par étape… Étrange non ?
Voilà, vous comprenez maintenant pourquoi j’ai été absente ici… pourquoi je reviens doucement car j’ai encore énormément de choses à gérer…
…. Mais je tiens le bon bout !!
Les photos arrivent dans le prochain billet 🙂

Oyé, "ami" artisan

news-franchise-illico-travaux-stop-arnaques-170712Je voudrais t’informer une chose : une femme n’est pas une paire de nichon et un cul greffé sur une colonne vertébrale et éventuellement -je dis bien éventuellement- surmonter d’un cerveau. Alors oui, quand je viens sur mon chantier en tailleur/talon, figure-toi que ça n’est pas pour montrer mon cul ou faire ma belle. Il se trouve que j’ai un emploi, et rentrer sur mon lieu de vie pour repartir et me changer, ça me ferait faire quasiment 50bornes de plus. Alors fuck.
Et puis fuck tes commentaires « oh, en talon sur un chantier, faut oser ». Du con.
Sache également que j’ai peut-être l’air abrutie, mais me coller un devis à 2500 euros pour déplacer (même pas remplacer!) un cumulus sur 1m50 et en plus sans refermer le plafond, c’est un peu me prendre pour un lapin de 6 semaines.
Tu as tenté.
Tu as perdu.

Sache également que lorsque l’on fait des demandes de devis en ligne, que l’on prend la peine de répondre à un questionnaire de 3 pages dont absolument tout le monde se fout (quoi, t’as besoin de connaître la surface de mon jardin pour changer un cumulus ?), suite auquel en plus, on nous RErappelle pour REconfirmer les informations par une plateforme à l’étranger qui piche pas un mot de ce qu’il dit : vous avez mis ça, et ça, et ça (bah non, en 24h j’ai toujours pas vendue ma baraque du-con-la-joie), sache que la case « créneau horaire pour contacter » n’est pas faite pour les chiens. D’autres par : j’ai un répondeur ET ô joie (vive 2015!) une adresse mail (dont même en tant que femme, je sais utiliser pour ta gouverne).
Alors quand toi, tu m’appelles grosso modo 27 fois (si si) entre 9h et midi alors que j’ai mis AVANT 9h, APRES midi. Ça me sort par les orifices. J’ai bien tenté de te rappeler, j’ai même pris la peine de laisser un message en t’enjoignant – si nos horaires ne collaient vraiment pas- de soit
1. Me laisser un message
2. M’envoyer mail.
Et bien non. Toujours pas : 31 appels l’après-midi, le dernier : 17h54! (Vaste blague n’est-il pas)
Sache également que dans ces conditions, non, je n’accepte pas tes réflexions de merde avec un ton CONdescendant « vous êtes injoignable, ça comme bien …« .
Tu as essayé. A tes dépends. Tu l’as appris sur le tard.
« ça commence tellement bien, qu’on va s’arrêter là. Bonne journée!« .
Ou l’art de perdre un potentiel chantier en moins de 2sec10. Et après, vous allez chouiner que vous n’avez pas de boulot… (me dit pas le contraire, si tu en avais, tu n’aurais pas tenté de m’appeler 58 en l’espace d’une journée…)

Idem, cher artisan. Quand je sollicite ta venue pour un devis, s’il te plait, abstiens toi de me faire part de tes goûts perso et tes « oh, moi j’aurai fait ça, et là ça« . « Et pourquoi vous n’avez-pas fait comme ça ? » Juste pour avoir le plaisir de vous entendre me poser la question …
Petit, c’est ma baraque. Si tu commences déjà à n’en faire qu’à ta tête, quelle garantie ai-je que tu fasses le devis comme JE le souhaite ?
Non sans déconner : « ah moi je mettrai un meuble là, comme ça. Cette porte je la condamnerai. Ah les WC ici, c’est pas une bonne idée. »(le type voulait quand même que les gens accèdent à mes chiottes en passant par ma chambre… mais tout va bien). Et en isolation pourquoi de la laine de verre ? Il y a plein de trucs moins cher et efficace (rappel : il est venu pour le cumulus et la colonne de douche de ma salle de bain au cas où tu en doutais). « Le gris, mouais.. c’est triste comme couleur » Écoute mec, si j’ai envie de peindre mes chiottes en jaune pisse, ma douche en noir, mon sol en vert fluo à pois rouge, c’est un peu MON problème. Je t’ai pas demandé de vivre ici ni d’acheter ma baraque ! Je vous passe le laïus sur les spots dans la salle de bain, le fait que je choisisse une vasque sur pied et pas un vieux lavabo tout moche… etc. etc. etc. La liste est loin d’être exhaustive!
travaux-de-renovation-une-tva-a-geometrie-variable-jusqu-en-mars-2014« Je vous ferais un devis pour le carrelage et les murs« . Euh… Et tu t’es pas dit que j’avais peut-être quelqu’un d’autre qui s’en occupait déjà (genre moi par exemple?) ?! Hum. (j’ai HORREUR qu’on m’impose les choses et encore plus dans mon chez moi). Mec, ta pseudo compassion te perdra : si j’ai demandé un devis pour le cumulus et rien d’autre, c’est qu’il y a une raison.
Concernant le devis et par rapport à ma douche, il me demande quel revêtement mural (pour l’épaisseur) ? Je lui dis « parement en pierre ». Réponse mail à l’instant: « Bonjour. Vous savez, c’est certes très joli, mais c’est difficile à nettoyer »..
Mais PUTAIN DE BORDEL DE MERDE DE COUILLE DE COCHON, je t’EMMERDEEEEEEEEEEEEEEEEEEuuuuuuuh, je me bats le steak de ton avis, c’est MA maison, MES goûts, MES choix, et puis d’abord : c’est toi qui va venir faire le ménage BORDELLL ?!.
Tiens, j’pourrais lui demander : « bonjour, Vous savez c’est joli d’avoir une SARL avec un numéro d’immatriculation, SIRET et tout le bazar, mais c’est difficile de bosser quand ils n’ont aucune existence nulle-part, ni même aucune annonce légale : RIEN. Le vide intersidéral. »

Bref. Je suis saoulée. Exaspérée.
J’vous jure, je n’en peux plus de ces types qui gâchent non seulement mes projets et me font perdre mon temps : je dois systématiquement rerererefaire des devis pour avoir des trucs cohérents, j’en ai ras le cul (en théorie on part sur 3 devis, j’en suis à 7 ou 8 PAR projet!!). J’en ai ras le bol de ces types qui, sous prétexte que t’es une nana, soit parlent à tes nichons soit te prennent pour une truffe dotée d’un QI de moule. J’en ai marre de ces types qui te donnent leur avis parce que… parce que quoi d’ailleurs ? Je ne sais même pas.
Bref. Tous abrutis gâchent l’image du métier et des petits mecs qui se la donnent et font un travail respectable. Ça m’écœure. Ils pourrissent et parasites des métiers incontournables et beaux et tout ça pour du fric, du fric, du fric.
Quelle mentalité pitoyable.
Et aux autorités, j’ai une question : vous qui voulez toujours contrôler tout et n’importe quoi, à quand un coup de pied au cul de tous ces profiteurs ?! (surtout que si il y a une couille, en tant que propriétaire, avant de pouvoir te retourner, t’as intérêt à te lever de bonheur!).
A quand une possibilité de vérifier vraiment la fiabilité ? Comment on peut savoir qu’il ne fait pas de la merde si on n’y connait rien… C’est un peu sa parole contre la mienne. Bof. Ça fait pas le poids quoi.
La cohérence des prix, on en parle? Comment vous expliquez que sur un même chantier je passe du simple au quadruple tarif ?
shutterstock_93567751-2A quand un vrai système pour protéger les propriétaires, qu’ils puissent avoir de vrais recours ?
Hein, à quand ?

Ah non, pardon. Vous êtes trop occupés à sucer des huitres, vous rouler dans le caviar et compter vos biftons. Autant pour moi. On ne peut pas être partout à la fois, j’oubliais…

Ou comment l'assurance va plomber mon Noël…

red umbrella protecting house from rainEt voilà, les choses sont dîtes.
J’ai donc déclaré un dégât des eaux dans ma maison en date du 29 septembre suite aux catastrophes naturelles touchant la région de l’Hérault.
Ca aurait pu être simple. Très simple.
Une catastrophe naturelle => un dégât des eaux => un expert => des travaux => un remboursement.
Et bien non! C’était sans compter sur ma poisse internationale (connaissez-vous un désenvouteur, non parce que là, les emmerdes, je commence à sérieusement en avoir ma dose !)

Nous sommes le 13 décembre. Et rien.
Alors déjà, il m’a fallu 15 jours de bataille pour qu’un expert daigne bouger son cul dans ma maison. Motif ? Ah mais il y a eu une catastrophe naturelle vous comprenez, vous n’êtes pas prioritaire.
Ah bon, pourtant, il me semble que je fais partie des sinistrés alors qu’on m’explique… d’autant plus, j’ai la moitié de mon toit qui a lâché. Concrètement, à chaque nouvelle pluie, je prends l’eau un peu plus.
Bien sûr, j’ai fait mettre une bâche… Mais une pauvre bâche face aux éléments naturels et surtout aux épisodes cévenols récurents ces derniers (pluies diluviennes, vent) ne fait pas le poids du tout et se barre régulièrement.
Finalement, j’obtiens gain de cause et Pépère se pointe (j’aime à penser que si j’avais pas fait des pieds et des mains je l’attendrais encore le zinzin!). Il regarde à la volée pendant –allé, montre en main- 2minutes 46 secondes et sort sa calculatrice « magique » comme il dit.
Ah pour être magique elle l’est !
Alors : surface de la maison que multiplie des plaques de BA13 et de la laine de verre.
Allez. Grossièrement : 3800euros.
Moins la franchise. 3600.

Hum.

Je tique.
Ne serait-ce que pour refaire le plafond du salon les devis que j’ai, tournent autour de 3500… Alors, la maison complète, en incluant la laine de verre…. Ça me parait vraiment chaud patate l’histoire, mais Monsieur m’explique gentiment qu’il ne faut pas pousser mamy dans les orties et que je dois m’estimer heureuse d’avoir déjà une si belle somme.
Mouais. Soit.
Et d’en rajouter une couche : « certains ont tout perdu« . Certes. C’est vrai aussi, mais il ne connait pas l’intégralité de ma vie, et c’est typiquement le genre d’arguments, venant d’un pro j’entends, qui m’irrite. Effectivement je n’ai pas tout perdu, mais je paye une assurance comme tout le monde. Point. Ce qui ne m’empêche pas d’être consciente de ceux que d’autres ont perdu.. D’ailleurs, j’ai été une des 1ère a aider et à être solidaire.
Bref. Techniquement, et pour rentrer dans les frais, (je cite monsieur) : « en le faisant vous-même, vous vous en sortez largement ».
Ah.
Et de rajouter « en plus avec un forfait, pas besoin d’envoyer de justificatifs à l’assurance, donc de la paperasse en moins ». Tu m’en vois ravie, mais franchement, je préfère me faire chier avec de la paperasse et être remboursée à un niveau décent. « Ah mais euh, je ne pourrais  pas le faire moi-même… » « Oh vous trouvez quelqu’un au black, un p’tit billet et c’est réglé« . J’insiste pas, de toute façon sa décision est prise. Bref. J’ai clairement pas mon mot à dire.
Donc conclusion de l’entretien, je dois moi-même refaire mon plafond et mon isolation solo. Wouaw.
J’ignorais que cela était donné à tout le monde de refaire son plafond comme qui rigole. Tient, je me demande même pourquoi il y a des artisans alors !

Et puis, j’ai beau retourner la chose dans tous les sens, entre le matos, la location d’un camion (parce que X plaques de BA13, clairement ça ne passe pas dans une 206 hein), la location d’un machin pour surélever les plaques etc… J’ai déjà passé le cap des 3000euros. Sans compter l’effort physique, le pourcentage de risque de se foirer (va faire un plafond parfaitement de niveau toi quand tu es débutant !) etc.
Je passe sur le fait qu’en plus techniquement ça m’est physiquement impossible, dixit les névralgies. Bref. C’est du foutage de gueule. Je fulmine.

Et puis que dire de la non prise en charge du toit… et du mur ?
J’appelle l’assurance qui me répond texto : « ah mais pour le mur il fallait lui dire ».
Euh. C’est son métier ou le miens ? Je lui ai dit, je lui ai même montré, et quand bien même : une tache d’humidité sur 2m sur un mur neuf, on ne voit que ça. Quoi, il aurait encore fallu que je peigne une énorme flèche sur mon mur pour qu’il daigne la prendre en compte ? II faut vraiment être con et le faire exprès pour ne pas le voir…
De toute façon, il m’a répondu que « ça n’était qu’un détail« . Un détail de 2m donc. Chacun sa notion du détail ma foi :

tache humidité

2014-10-15 09.57.47

Mieux, l’idiot bête n’a même pas pris de photo, et du coup l’assurance chouine à la tentative de fraude de ma part.
La blague : il ne fait pas son taf, je suis accusée. Retenez-moi je vais en tuer un !

Parallèlement on me maintient que mon toit ne sera JAMAIS pris en compte (pour des raisons que j’ai déjà évoquées par là) et surtout, leurs conseillers font preuve d’explications pire les unes que les autres.
Je n’ai rien lâché. J’ai cherché et cherché sur la toile à la recherche de failles… et c’est ma propre assurance qui m’a ouvert la porte… Grandiose! Je trouve donc sur leur site un formulaire à remplir en cas de (je cite) « dégât lié à un événement climatique majeur » avec en tout petit en dessous « faisant état d’un arrêté ministériel ». (J’en ai 2 des arrêtés, facile). J’ouvre ledit document dans lequel il mette une liste de ce qui a été touché. Dedans, la toiture en bonne place. Oh putain, l’aubaine. Forcément, je remplis le doc, et je leur envoie (en A/R).

catnatASSURANCE

Et derechef, j’envoie un autre courrier avec A/R aussi, non agressif mais très clair concernant les dommages, photos et toutes preuves à l’appui :
– LEUR formulaire avec dans la liste des dégâts : le toit
– Les devis de ma toiture AVANT la catastrophe naturelle, disant que tout est OK sauf 2 tuiles à changer (et 2 tuiles situées à l’opposé de l’endroit ou le toit a lâché)
– La copie de l’article L125-1 du code des assurances au sujet des catastrophes naturelles « les dommages matériels directs non assurables ayant eu pour cause déterminante l’intensité anormale d’un agent naturel lorsque les mesures habituelles à prendre pour prévenir ces dommages n’ont pu empêcher leur survenance ou n’ont pu être prises ».
– La preuve de l’intensité anormal de l’agent naturel PLUIE avec :
– Bulletin météo citant mon village comme un des 2 villages les plus touchés,

reccordpluie– Des extraits de journaux avec interview de témoin de 90ans de mon village expliquant n’avoir jamais vu ça de leur vie, un autre expliquant que le toit de l’école et de la boulangerie de mon village se sont aussi effondrés….
les 2 arrêtés ministériels de catastrophe naturelle,

– Et toute une tripotée d’autres preuves accablantes.

J’y explique sur 4 pages (ouais, j’étais grave inspirée) que prendre les gens pour des cons, ça va 5min et je rajoute quelques pages sur leur mauvaise foi. Evidement.
Si si, je vous jure j’ai réussi à écrire tout ça diplomatiquement. Ca m’a pris une journée… Bah ouais, plus j’écrivais, plus je m’énervais et déversais ma haine de leur société dans mes mots. Un énorme travail de patience.

L’assurance en accuse réception… et me donne l’aval pour faire les travaux vu l’urgence de la situation. Ce que je fais donc (et j’ai bien fait vu le nombre d’épisodes cévenols qui ont suivis !!). Je paye donc l’artisan avec les quelques économies que j’avais gardé pour finir les travaux intérieur de la maison, et être tranquille pour les cadeaux de Noël (ou finalement, comment se tirer une balle dans le pied. Bref).

J’ai passé tout le mois d’octobre et novembre à les appeler… et tout le long on me sort que mon dosser a été envoyé là, puis là, puis là, et encore là. Mais surtout, il n’est pas traité car visiblement tout le monde se rejette le bébé…. A chaque conversation, on me dit « je vais regarder votre dossier et je vous rappelle avant 18h ». Miracle, je n’ai jamais reçu un quelconque appel, donc tous les jours … forcément, je rappelle.
Excédée, à la dernière nana que j’ai eu et qui m’a sorti « je vous contacte avant 18h », j’ai demandé son nom. Surprise, elle m’a demandé pourquoi : j’ai été très claire (et très sèche!) ! Ca me coufle qu’on me prenne pour un pigeon. Et ça a fonctionné ; elle m’a rappelé –et ça n’est absolument pas une blague- à 17h58. Si si. Du foutage de gueule je vous dis…

Techniquement donc, c’est ma fameuse lettre de mécontentement qui bloque mon dossier. Le comble.
Apparemment je suis une des rares à pas lâcher le morceau, le tout avec un nombre accablant de preuves, du coup ça doit être le bronx derrière.
J’imagine bien les réunions : « bon qu’est-ce qu’on va lui dire à celle là parce que finalement, elle n’a pas tord, mais bon, raquer pour nos assurés, bof, ça fait des trous dans le budget ».

Je suis donc passée en « commission » 2 fois. Mon dossier est passé sur à peu près tous les services, et quand j’ai appelé hier, on m’annonce que mon dossier est reparti chez l’expert. Si si, le type a la calculette magique.
Mieux, on m’annonce que celui-ci risque de prendre à nouveau RDV avec moi pour constater les dégâts…

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

Bilan : Après presque 3 mois, je reviens au point de départ à un détail près : depuis les travaux ont été faits, je n’ai plus aucune économie donc je suis bloquée sur les autres travaux et plus que serrée pour les cadeaux de Noël.
Merci l’assurance.

Le cas du maçon zinzin…

zinzinDernièrement je vous ai publié un petit billet TRES illustré pour vous montrer l’avancée des travaux (ici) ; il va s’en dire qu’en bon chat noir, je n’ai pas été épargnée par le maçon.
Autant, niveau menuiserie, j’ai rien à dire : travail pro, propre, rapide. Pas excessif. Très arrangeant. Le hasard fait que c’est lui qui a fait tous les travaux du bar où nous sortons quasiment à chaque fois qu’on fait une soirée (notre QG, on peut l’dire comme ça).
Bref. Par contre, les autres… vachement plus bourrins !

Déjà, j’avais pris RDV pour l’ouverture des fenêtres en porte fenêtre le jeudi… Le menuisier venait commencer le lendemain pour fermer rapidement la maison, histoire que je ne sois pas une nouvelle fois cambriolée.

Jeudi, j’y vais donc pour 8h (c’est à dire levée à 6h car je me coltine en plus 1h de route)…
Et là, pas de zinzin.
Rien. Nada. Degun.
En bonne énervée pas matinale pour un rond… Je l’ai donc harcelé de messages, mails, SMS. Midi je craque, je me décide à rentrer, excédée. J’appelle le menuisier pour le prévenir du contre-temps. Bref. Gros gros bordel. J’arrive enfin à joindre le zinzin vers les coups de 20h (ouais je lâche pas l’affaire comme ça). Il m’annonce qu’il viendra le lendemain, zen comme tout. Tu comprends : il avait un chantier en cours.
OK t’as un chantier, mais préviens bordel de merde !! Surtout qu’il savait très bien que le menuisier venait le vendredi. Bref, passons. Il vient donc le lendemain, et fait donc les ouvertures…
Forcément à cause de son contre-temps, me voilà donc pour le week-end avec la maison « ouverte » tout le week-end (ouvertures bouchées par des planches clouées quoi)… Ce qui suppose un A/R chez les gendarmes pour qu’ils fassent des rondes par sécurité, et surtout que je me pointe le samedi ET le dimanche pour jeter un œil… Donc 2 allers/retours soit 400 bornes dans le week-end, juste pour « vérifier ». Merci zinzin !

1h avant la fin des travaux, je me décide à rentrer ; je n’en peux plus. Il lui reste juste à barricader avec les planches qu’il a ramené ; il m’explique comment il va procéder. Bref. Tout est clair, et ça m’arrange car je suis littéralement congelée (oui une maison sans fenêtre et donc en plein courant d’air c’est hard) et en prime, ma névralgie est à son apogée (dû aux courants d’air et au froid CQFD). Ils ont l’habitude et ça devrait pas être compliqué de barricader la maison et de toute façon, le lendemain 1ère heure j’y suis.
Quand je me pointe le lendemain, quelle n’est pas ma surprise…. Je pète un plomb. Au lieu d’utiliser SES planches, il a utilisé MES clôtures…

Ces panneaux là:

2014-10-03 08.18.57

Je fulmine : il les a -bien sûr- cloué comme un sagouin, du coup les 2 sont mortes et pour couronner le tout, j’avais une amphore décorative… cassée. Oh putain, je vais le fracasser. Qu’est-ce que ça coute de PRÉVENIR/DEMANDER ? Je ne suis pas un monstre. C’est cassé, c’est cassé. Je vais pas te casser les bonbons pour ça… Par contre, le fait qu’il ne me l’ait pas dit spontanément change clairement la donne. Et pour tout arranger, comme les gens ne voient jamais le poteau EDF qu’ils ont dans l’œil, il m’a fait la remarquer que le menuisier avait laissé trainer ses tubes de silicone vide dans le jardin, et que selon lui ça n’était pas très « professionnel » (non, vous ne rêvez pas…).

Passons.

C’est donc eux qui m’ont refait la salle de bain. Sur ça, rien à redire… sauf (il y a toujours un « sauf » chez moi), le cumulus. 48h après la pose : pas d’eau chaude. Une petite manip’ et le problème fût réglé. En revanche, le lendemain j’arrive : une mare d’eau…
fuite

(et là j’avais esponger!) sans compter que le lendemain la tâche était sur 1m50. Le seau ayant débordé! Voyez par vous même…

2014-11-19 13.44.06 2014-11-19 13.43.58
Forcément, j’appelle le zinzin… qui revient illico presto.

Là, il bidouille sans bidouiller, il tente de lire le manuel et m’explique qu’il faut purger le bazar ; ça :

2014-11-19 13.44.13

Vu le contenant, techniquement je devrais le vider à chaque fois que je fais couler de l’eau (pratique non?)
2014-11-04 09.37.57
Je n’y connais absolument rien mais je tique. De ma vie, je n’ai JAMAIS eu à faire ça… Je lui fais savoir mon scepticisme, mais il maintient son explication à 3 francs 6 sous.
Bon. Soit. Je peux difficilement m’emballer, je ne suis pas pro, même si je suis sûre que cette solution n’est pas la bonne (et j’en mettrai clairement ma main à couper!)…

Il doit revenir dans quelques jours, alors je vais profiter du laps de temps pour me renseigner. C’est donc le lendemain que le menuisier  m’entendant pousser un cri de bête (le cumulus a vomi son surplus d’eau GLACIALE sur ma tronche) qui m’a alors expliqué que ce machin devait être relié à … l’évacuation des eaux. Pardi ! Je me disais bien que ça couillait quelque part cette histoire. J’avoue que devant cette évidence je me suis sentie conne : « comment n’y ai-je pas pensé avant ? » Aucune idée… J’étais probablement trop énervé par zinzin…
Oh putain, il va m’entendre celui-là!
J’appelle zinzin, et à mon explication j’entends un « ah… ». Ah quoi ?! Il me dit qu’il va revenir alors… Bah un peu mon n’veu que tu vas revenir, sinon le dernier chèque, tu peux t’assoir dessus!

Ça n’est malheureusement pas le seul problème que j’ai avec lui. Quand il a été hospitalisé, ses ouvriers à défaut d’avoir assez de sacs de béton et… ne parlant pas français (que espagnol), ne pouvaient pas commander à leur fournisseurs des sacs. Du coup, ils ont utilisé les miens. En soit, je m’en fous … mais me demander avant n’aurait pas été pour me déplaire. Bref.
Des sacs, j’en avais 10, ils en ont utilisé 9 … Ils m’en ont ramené (après FORTE insistance) 4. Je suis blonde mais il me semble que le compte n’est PAS bon. Lui qui habituellement me parle normalement a alors employé un « madamoiselle Mazelle ». Le « mademoiselle »… très significatif et qui m’a clairement mis en rogne.
1. Ils utilisent sans me demander
2. Je sais encore compter
3. Je déteste la mauvaise fois…
Il me dit qu’ils sont peut-être dans la cabane du fond.
Or, 1. Ils n’ont pas les clefs… donc ils n’ont pas pu les y mettre 2, ayant des névralgies, il m’est déjà impossible de porter mon sac à main en bandoulière. Alors crois bien que 6 sacs de béton de 35kilos, j’m’en souviendrais !
Par ailleurs, ils étaient aussi censé débarrasser les gravats : l’ancien cumulus, les WC, etc. qui trônaient lamentablement dans mon jardin. Ça en plus, ça fait clairement parti du contrat, ils n’y ont pas coupé…
Voyez par vous même :
Note quand même que c’est très classe non ?
2014-10-06 13.21.32

Vu que je déteste être prise pour une cruche devant cette mauvaise foi sans nom, et vu que je sens le vent tourner… J’ai « joué » aux connes.
Maintenant que les menuiseries ont été changées, et vu qu’ils n’ont plus que la clef du portail extérieur, j’avais mis tout le matos qu’ils étaient censés récupérer à l’INTERIEUR de la maison… Donc, si je n’étais pas là, ils ne pouvaient rien récupérer. Ahah. C’est mon côté sadique ! Bref.

J’ai probablement eu raison car tout a été débarrassé en moins de 2. L’histoire du cumulus a été réglée en 1h chrono. Reste maintenant l’histoire du toit… Oui, car ils sont censés avoir remis les tuiles (qui avaient bougés lors des précédentes intempéries) en place. Pas de bol, avec la pluie, je me suis rendue compte que ça fuyait encore… Et vu qu’au moment où j’écris ce billet nous sommes en alerte depuis déjà 24h, j’ai envie de dire que ça doit être la piscine dans la Bouiboui…. Mais voilà, je ne peux que « imaginer » : impossible de me rendre sur place, les routes sont à nouveaux bloquées…

Vivement la fin moi j’vous le dis !!

 

 

Défi travaux positifs #5 – SDB et plafond

J’ai tour à tour vu mon cumulus défiler devant mes yeux, puis un lavabo, puis 2, puis mes WC. Assez étrange comme sensation, mais quel soulagement d’en avoir fini avec cette micro salle de bain (je rappelle : 1WC, 1 lavabo, 1douche dans moins d’1m²… Si si c’est possible !)
Ma future salle de bain (oui, difficile à visualiser!) sera certes pas la plus grande, ni la plus belle, mais elle sera au moins fonctionnelle !
Bon, pour l’instant, ça ressemble à un couloir avec des tuyaux et un gros trou dans le sol… Mais il faut imaginer 🙂

Avant….

D’entrée de jeu, il faut aimer la couleur : turquoise, orange, lavabo rose, le sol vert bouteille et j’en passe. J’aime la couleur mais le mélange était… surprenant! De quoi choper une migraine en se levant !

SDC16309

SDC16317

SDC16322J’ai compté… j’ai trouvé dans cette salle de bain (moins de 1m² je rappelle) pas moins de … tadaaaaa 11 carrelages différents. Si si, c’est possible. J’ai compté plusieurs fois…

SDC16325Encore du carrelage… Du bois, du plastique, du verre… Dans une pièce ils ont du faire toutes les « tests » des autres carrelages de la maison !

SDC16343Une plomberie assez « douteuse » (regarde bien, tu verras une infime partie des différents carrelages vu de près)

SDC16346Une douche très… sommaire! (et encore un carrelage différent!)

Et puis, ils ont tout cassé….SDBLe plafond lui aussi est assez…. vétuste !

Et voilà à l’heure actuelle ma jolie salle de bain 🙂 Mais si elle est jolie.. Faut juste avoir de l’imagination !!

2014-10-09 13.47.28(Regarde au 1er plan… encore une reste de carrelage vert bouteille/orange…)

Et voilà, le chantier tout propre, prêt à recevoir les différents éléments :

2014-10-17 11.29.59

L’entrée de la salle de bain a également été virée. En fait, je l’ai fait avancer dans le couloir… J’ai gagné facilement 1m20 dans la longueur. Je ne suis pas fan des pièces tout en longueur, mais cette option était la plus pertinente (et dieu sait qu’on a tourné le problème dans tous les sens!)
Au fond, au lieu d’avoir un petit bac de douche, ça sera une douche à l’italienne. D’une douche de 70*70, je passe ainsi à 110*110 ! Ahah, je peux grossir sereine, je rentrerai encore dans ma douche!

>Le long du mur à droite, en « enfilade », il y aura le lavabo, basique, et un WC moins encombrant que le précédent. Le cumulus lui sera remplacé par une version verticale pour gagner de l’espace ; Je n’étais franchement pas emballée, surtout après tous les avis vus sur les cumulus verticaux (dépôt de calcaire beaucoup plus important), mais voilà, un cumulus c’est utile mais vraiment super encombrant! Vu qu’il est neuf, j’ose espérer avoir quelques années devant moi… Quitte à user de traitement spéciaux pour éviter ce désagrément. Et puis sincèrement, vu que j’ai plus de 2m80 sous les plafonds (on dirait pas hein ?!), autant rentabiliser l’espace au maximum !

Coté mobilier, je pense qu’on va tout fabriquer nous-même sur mesure pour optimiser au maximum l’espace… Des planches, des clous, rien de sorcier !
Voilà, ce n’est pas extra-ordinaire, mais beaucoup plus pratique. Et un coup de jeune ne lui aura vraiment pas fait de mal ! (oh pi adieu tous ces carrelages qui me sortaient par les yeux!!)

Avant de finir la salle de bain, ils ont préféré faire la plafond (le plafond de la salle de bain étant plus accessible en l’état que « futurement » équipé).

J’ai donc aussi vu mon plafond être malmené. Bye bye vieille chose, bonjour renouveau tout beau, tout propre.
Je dois avouer que ça a été la partie la plus impressionnante à voir. Ils ont tout enlevé, arraché : lambris, laine de verre, pour se rendre compte que j’avais en plus un 2ème plafond caché (ahah) encore plus pourris que le 1er…. disons, des morceaux de ce qui jadis a été un plafond. Et vas-y qu’ils tombent tout : du bruit, de la poussière une odeur de rance et l’angoisse de voire de ton salon… tes tuiles et ta charpente !!

Mais tout est bien qui fini bien (et surtout super rapide !) Voilà en 1 jour et demi de travail…

voilà donc le « avant »…. fêlure, moisissure (merci la catastrophe naturelle!!)
plafond

2014-10-07 10.45.55

2014-10-07 10.46.27

2014-10-07 10.46.56

2014-10-15 09.57.47

Et le début de l’angoisse!

2014-10-15 10.10.38

2014-10-15 10.10.44

2014-10-16 11.25.21

2014-10-16 11.25.30

2014-10-16 11.25.40

2014-10-17 11.28.01-1

Femmes et gros travaux : incompatible ?!

Se lancer dans la rénovation, c’est un véritable parcours du combattant en soi.
L’être quand on est une fille… c’est clairement se rajouter une couche d’emmerdements gratuits! Bref, t’as même pas commencé que tu peux déjà considérer t’être tiré une balle simplement du au fait que tu es doté d’attributs féminin (plus ou moins gros d’ailleurs).

1447004-le-bricolage-au-feminin

 Non, franchement, je ne débloque, et j’avoue que cela commence à légèrement me courir sur le haricot.
A croire que femmes et gros travaux sont incompatibles : les femmes (encore pire les « jeunes » femmes) sont trop souvent stigmatisées “débiles-qui-n’y-comprend-rien”. D’ailleurs, quand je vais dans un magasin de bricolage, c’est juste… flagrant !

« Bonjour, je voudrais des plaques BA13 » « mais… vous savez ce que c’est au moins?« … Hum. [Réponse intérieure] « Non, j’en veux juste ça pour le fun. BA13 c’est joli comme mot, ça sonne chic/tendance ; ça doit être trop choupinou en déco non?« 

No comment.

J’ai du mal à comprendre en quoi, le fait d’être une femme, n’est pas compatible avec la rénovation d’une maison ?
Je n’ai pourtant pas l’impression d’être plus débile qu’un autre… du coup j’peux t’dire que déjà, trouver LA société qui va faire ton chantier, ça n’est pas une mince affaire, mais alors quand en prime t’es affublé d’une paire de seins, alors là c’est le pompon : ils ne prennent même pas la peine de cacher leur vraie personnalité/motivations. (C’est valable aussi pour les gars, mais je trouve ça beaucoup plus « flagrant » quand on est une nana!)

Jusque là j’ai réussi à trouver les artisans pour les différents chantiers, mais cette isolation par l’extérieur (travaux les plus chers) : ça me rend dingue.
J’ai amassé pas moins de 9 devis.
AUCUN (oui AUCUN) n’a la même surface à couvrir concernant mes murs. Et pas une différence qu’on pourrait comparer à un poil de cul. Non, non ! Ça s’étale de 100 à 170m². Alors que ça varie un peu, ok… Mais 70m² d’écart ?! Faut qu’on m’explique. Sur un calcul de moyennes à partir des devis, la surface serait vraisemblablement de 150m²…. soit, divisée par 4 : 37,5m² par façade. Or, 70m² ça représente quand même 2 faces…. WTF ?!
Concernant les prix, je vais pas m’étendre sur le sujet : les chiffres parlent d’eux même : 8000 à 39000 euros. Et attention, 39000 c’est le gars qui considère que je n’ai que 110m² à couvrir…. 8000euros, c’est pour les 170m² (logique non?).

Allo la lune ? Ici la terre !!!

Bref. Désespérant.

a tomber blasantTu rajoutes à ça (que du vécu, si, si, je tiens à le préciser!!!) :

  • Les odieux : ceux qui ne supportent pas la mise en concurrence et que tu dois «recadrer» ; j’inclus dans cette catégorie ceux qui t’insultent presque de choisir telle ou telle méthode ou de t’y prendre comme çi ou comme ça,
  • Les misogynes : les gugus qui te disent qu’une femme ne devrait jamais se lancer là-dedans,
  • Le nouveau : il connait rien, ne sait pas répondre au ¼ de tes questions,
  • Le groupe : le gars qui, pour un simple devis, débarque avec la future équipe, soit 16 mecs gaulés comme des armoires à glace. Bien sûr ils se mettent tous autour de toi, et tout t’assaillent de questions plus ou moins pertinentes, et chacun y va de sa petite suggestion sur les travaux…. « ah non, je verrais mieux ça », « mais non, t’es con, ça c’est mieux ». Au final, t’es paumée, t’as rien compris, mais tu fermes ta gueule – Merde 16 armoires sur pattes!- Au moins ça m’aura servi de leçon, car maintenant, à chaque fois que j’ai un devis, j’embarque mes 2 chiennes avec moi ! Pi ça va que c’est un chantier… imagine t’as une maison toute propre…

Bah ouais, mais quand t’es une fille seule, je te garantis que t’es pas sereine… Alors chers artisans, je ne suis absolument pas contre le fait que vous veniez en équipe… mais prévenez !

  • Les je-décide-à-te-place alias « idiots-bêtes » (oui je sais, La Palice n’aurait pas dit mieux) : en somme, le gars qui comprends pas ce que tu veux (enfin il fait surtout mine de pas vouloir comprendre!!). Genre sur un projet d’iso extérieur : « moi, je ferai plutôt une isolation par l’intérieur » (sans préciser que cela bouffe bien sûr un espace considérable dans le volume des pièces CQFD). Ou le (assez récurrent) : « je peindrai plutôt couler rouge brique pour les murs, c’est « tendance ». Mec, alors :
  1. Le rouge brique, je n’aime pas
  2. Je veux du pastel
  3. Je n’ai pas le droit de mettre de couleurs vives

D’autres requêtes à la noix ? Je passe sur le fait qu’en général ceux là me donnent leur avis sur tout : « je ferai un jardin provençal, je mettrai des fenêtres en alu, je peindrai le portail en bleu etc. » Bon, c’est chez toi ou chez moi ?

  • Les impolis :Alors eux, c’est simple ! Ni bonjour, ni merde…Ils font leurs vies, prennent leurs mesures sans poser aucune question, ni t’expliquer quoique ce soir et repartent comme s’ils n’étaient jamais venus ; j’y inclus bien évidement ceux qui te posent un lapin (au bas mot : une 10 aine jusqu’à présent… si si)
  • Les bornés sourds : ceux qui n’écoutent pas ta requête, font comme bon leur semble et te rajoutent des trucs improbable dont tu n’as jamais évoqué et qu’eux non plus n’ont pas pris la peine de te dire! – Ou l’art, pour une isolation thermique, de te retrouver avec également un devis : chauffe eau thermique, chauffage à granule, isolation des combles ET ballon d’eau chaude thermodynamique. Surprise !!!

Dans le même style, le type qui refuse, malgré mon insistance, d’enlever mes plaques de polystyrène actuelle et considère plus judicieux de les enduire en l’état.

Je ne suis pas au fait des techniques, je ne me proclame pas « grande connaisseuse », mais lecteur, jete laisse juger de l’état actuel des choses, tu comprendras par toi-même, j’en suis sûre.

Façades (4)

  • Les dragueurs : qui te rappellent 25 fois pour t’inviter au resto (vécu 2 fois !!), te pose des questions sur ta vie personnelle « alors, célibataire ?!« , se permettent des compliments « vous avez de magnifiques yeux« … Eurk.
  • Il existe également un corolaire : l’obsédé. Le type communique avec tes nichons. Monsieur, mon nichon droit a encore du mal à comprendre le concept de remontées capillaires. Le gauche lui en revanche a bien compris. Faite au moins ça discrètement bordel !
  • Les harceleurs : qui te rappellent 25 fois pour savoir si tu prends –oui ou non- leurs chantiers… alors que tu as été claire, tu prendras ta décision telle date.
  • Les stressants : ceux qui tiennent absolument à ce que tu signes leur contrat de suite, là, maintenant, le tout en te tendant un style Montblanc neuf. FUCK.
  • Les purs connards (9 fois10, des grandes enseignes, je tiens à préciser !!) : ils viennent… et ne t’envoient pas de devis. Et quand tu les relances, ils te disent « non » car « visiblement vous ne pourrez pas payer les travaux ». Pardon ?!! T’as vu mes comptes ? T’es qui pour me juger ? Juger une maison en chantier comme un gage de non-fiabilité ? T’es sérieux là ? Bah purée… tu dois en rater des contrats à ce compte là !!

Je faisais probablement trop fille, trop jeune. J’sais pas. Idiot bête va !
C’est ballot, avec une subvention à 18Keuros et un écoprêt, si ça ce n’est pas une assurance de paiement… Tu m’diras, ça m’arrange : ça m’évite de travailler avec un connard abruti prétentieux. Et maintenant, quand j’vois leur pub de m**** à la TV, j’vous jure, je ris comme un âne !

  • Et enfin : les bons. Vraisemblablement une infime minorité puisque d’après les dires du Gefosat (j’en parle juste après) aucun devis n’est valable. Et c’est bien regrettable !

[Je rappelle que cette typologie est extraite des 9 devis précités et qu’il s’agit là d’histoires vraies… oui oui]

Vas-y rame donc encore et encore Mazelle!

on rampe

Bref. Affublée de mes devis, vu que l’isolation est un budget conséquent et que techniquement je ne m’y connais pas plus que ça, je me suis rendue dans un organisme « énergie renouvelable » géré par la Région. Et là, le verdict est sans appel.
Sur tous les devis, tous sont truffés d’aberrations.
Seul un semble (je tiens au « semble ») correct. Et encore. Il ne facture jamais sur la même base de surface (une fois 100m², une fois 140m², une fois 172 ; de plus le coefficient isolant n’apparait pas). Bref. Bancal aussi !

Wouaw. La belle affaire! J’suis avancée avec tout ça !
9 devis, autant de déplacements (à coup de 120bornes à chaque fois), d’appels, d’organisation pour caler RDV/boulot, pour au final m’entendre dire qu’ils sont tous foireux… Y compris les labellisés. Bravo.
Non mais BRAVO ! Faut le dire : j’applaudis des 2 mains !!
Comme je le disais dans un autre billet, je  trouve vraiment dommage que ces si beaux métiers soient entachés d’autant d’abrutis congénitaux, je-m’en-foutistes, misogynes, et autres profiteurs….
Et une question persistante : mais COMMENT je vais m’en dépatouiller ?

insister

Au final, je dois donc repartir à 0 pour ce chantier.
J’ai donc recontacté 14 (!!) sociétés labellisées…. Un mini gage de sécurité (et encore !). Un truc qui me « rassure » un peu…. (un peu seulement !!)

Alors, j’vous fais rire maintenant ?

6 m’ont recontacté.

Le 1er qui me demande cash si il est en concurrence … avec qui, comment, pourquoi, où … Ouh lala la. STOP, STOP, STOP. Même pas vu en vrai que déjà il me saoule. Hop « recadré » d’entrée : oui il y a concurrence (WTF ?), et non, il ne saura rien. Et si ça lui plait pas, ça ne sert à rien qu’il se déplace (ouais, j’en ai ma claque des lapins alors maintenant je fais le tri AVANT).

Les gros travaux, ça rend autoritaire des fois, mais c’est pour la bonne cause, ça évite de s’bouffer trop de murs (un comble pour une iso extérieure!)

droit ds un mur

L’autre, pas trop agréable –assez froid- mais professionnel quand même. Du moins au tel.
Du coup, je me rencarde un peu plus… Je vais sur son site pro et là, je vois des publications
Dieudonné, Zémour. Son affiliation politique est clairement affichée.
En soit, je m’en fous. Chacun son opinion, sa couleur. Mais, mélanger ça avec son compte pro ? Hum…
Cela dit, ça n’est pas le pire (si si, tu vas voir !)

Le 3ème, qui existe depuis 15 ans, a un site qui date de 2003 et compte même pas 300 visiteurs.
Oui, quand on s’engage sur ce genre de travaux, on finit par s’attacher à tous les détails auxquels on peut se raccrocher (et puis c’est ma déformation pro de communicante ça). Bref. Du coup, je vais voir son FBK (car souvent il y a les photos des travaux). Effectivement, il y en a plein…. Seul hic, compte ouvert en 2002 et…. 1 seul membre à sa page.
Aïe.
Bon certes, ça ne veut peut-être rien dire…. Alors on verra, mais bon, il ne part pas gagnant. (j’ai commencé à écrire ce billet avant de le rencontrer. Bilan du devis : 110m²….. encore moins que les autres. J’fais quoi ? plouf-plouf ? )

Le 4ème. Excellent feeling au tel. Je vais voir son site un peu plus profondément, et là, le choc :
horreur
L’orthographe n’est certes pas un gage de qualité en termes de main d’œuvre… mais il me semble que ça en est concernant le professionnalisme non ?

Le 5ème. Agréable au téléphone. Sur place… il commence à me « chuchoter » (pour pas que la voisine entende) que je dois avoir une autorisation de sa part, non pas pour l’accès au mur (elle ne peut pas refuser), mais parce que –en gros- avec une ITE de 14cm je vais lui « voler » du terrain. Donc qu’il m’explique comment tourner la lettre pour que ce soit suffisamment vague pour qu’elle signe sans broncher.
Sur le fond, ok. Sur la forme… bon, ça reste à voir. D’autant que sur tout le reste, je n’ai rien à dire. Ca a été le plus « pro ».

Et enfin, le pompom sur la Garonne. La cerise sur le gâteau. L’apotéose.
Je suis en RDV avec le menuisier…. Et, Monsieur X débarque. Une heure en avance – sans prévenir CQFD. Pourtant, je lui ai bien dit que je n’étais pas en permanence là bas.
Passons.
Je le présente du coup… ils ne sont pas en concurrence de toute façon (et quand bien même, je m’en fous!). Mais il est quand même super déstabilisé par la situation. Bref. Je lui explique en 2 mots, je lui laisse faire le tour : je finis avec le menuisier (bah ouais, t’as une heure d’avance mec !). Et je précise que 2 fenêtres vont être transformées en porte-fenêtre : « ouais mais c’est qu’un détail ça ». Ah… un détail… Pourtant il me semble que ça impacte directement sur l’isolation… mais bon (je comprends mieux les différences de surface !!)

Je continue à discuter… Il vient nous couper la parole pour demander au menuisier « vous avez un mètre ? ». Ah je comprends mieux pourquoi les portes-fenêtres sont des détails si tu mesures à la louche !
Aïe.
T’es en avance, tu coupes la parole et t’as pas ton matos. Hum. Tu ne pars pas gagnant pépère là !
Le menuisier me regarde … compatissant. Je le regarde … acquiesçant.
Monsieur X fait le tour et soudain rentre dans la maison.
Allo, tu fais une iso par l’EXTérieur mec !! J’y vais presque en courant. Bref. (d’où tu rentres chez moi comme ça ?!!!)
Là, tu t’es clairement tiré une balle dans l’pied !
Avec le menuisier… on parle de la fenêtre à transformer en porte fenêtre. Il me parle donc de maçonnerie… Pendant ce temps monsieur X est à côté en train d’examiner une autre fenêtre… et me coupe d’un coup la parole (2ème fois !) : « mais pourquoi vous allez détruire ce rebord ? »
« Hein ? Mais quel rebord ? »
« Bah vous parliez de maçon. »
« Je parlais de maçon pour la porte fenêtre !!  » Grrrr. (je sais déjà à ce moment là qu’il n’aura jamais de chantier ici et je pense aussi qu’il a du comprendre à mon ton qu’il me gonflait – enfin j’espère, sinon c’est vraiment un abruti).

Je finis avec le menuisier, il est sur le point de partir. Monsieur X (ou Monsieur débile j’hésite), l’interpelle… « comment vous faites blabla« . La question remet clairement en cause le boulot du menuisier (or, il ne sait pas ce qu’il va faire, avec quels matériaux etc.). En clair, même moi qui ne suis pas du métier, j’ai compris l’INintérêt et la stupidité de la question. Bref, complètement hors-sujet, inutile, débile et encore bien d’autres qualificatifs sont possibles. Peut-être a t-il fait ça pour se faire remarquer, se rendre intéressant ? Je ne sais pas, je m’interroge.
Le menuisier lui répond du tac-au-tac… en prenant la peine de lui fermer son clapet très professionnellement mais en remettant quand même autant clairement que poliment, les points sur les « i ». Nous nous disons au revoir avec des regards très parlants. Il a compris, j’ai compris, on s’est compris. Il n’y a que monsieur X qui est à côté de ses pompes.
Me voilà donc seule avec Monsieur X. Il me parle… mesure le mur à coup de grandes enjambées : « on refera un devis précis après la commission subvention, c’est que du détail ».
J’ai besoin de précisions et minutie AVANT … vu les critères d’éligibilités drastiques. Bref. De toute façon, il n’y aura pas de 2ème devis.
Il m’explique alors qu’il n’isolera pas jusqu’en haut. Ah bon ?
Bah non, ça ne sert à rien vu que les combles sont perdues….

Bah ouais j’dois être conne, je suis une nana apès tout. Ce qui m’embête c’est qu’elles ne sont pas perdues (d’où il a pêché ça ?!), elles sont… aménageables. Certes ce n’est pas un projet à court terme, mais j’anticipe.
Sournoisement, je lui parle des gouttières (j’aime tester quand je sais) (et en l’occurence, je sais que je dois les faire décaler), mais il me dit qu’elles seront « enfouies » sous l’isolant. Ok, donc si ça fuit, au revoir l’iso. Bref.
Il voit ensuite que j’habite face à une église. Conclusion ? Ma maison est forcément classée.
Raté.

Ah bah si forcément.
Bah non.
Dialogue de sourd : ok t’as raison alors !
Il me parle ensuite couleur de l’iso… On n’y est pas encore ! Il voit bien ma maison vert, ou tendance donc « gris » (sur un bâtiment qu’il estime classé, je rappelle!!)
Ok, tu m’as gonflé, vert ou gris, ça sera comme tu veux vu qu’il est impossible que tu aies le chantier. « On verra ça plus tard non ? »

Ça fait peur…

Vraiment.

rend dingue

Et dire qu’il en reste 8 autres à voir…. Je ne sais pas sur quoi je vais tomber !!

Franchement, j’en ai fait des devis pourtant… et en parallèle j’en fais encore pour des alarmes suite à mon cambriolage (ICI). Bah oui, ça serait trop simple de galérer que sur l’iso ma foi ! Mais j’avoue qu’il n’y a que sur l’iso que j’ai rencontré autant de problèmes et d’aberrations.

De plus, sur Internet c’est très dur de trouver de l’info (j’entends accessible/à notre portée). Tout est noyé dans la masse… dans des phrases techniques (à te demander s’ils te parlent français des fois), des sons de cloches complètement différents. Les techniques sont en plus super variables, et tu comprends difficilement l’impact réel de telle ou telle technique…. Et comme maintenant l’iso fait parti de la course au développement durable et du bouquet de travaux éco-prêt, bonjour les arnaqueurs sans scrupule qui fleurissent (bien que ça soit super contrôlé!!) !

Enfin bref, vivement que je trouve !! c la fete